•  

    Qu'est-ce qu'un oiseau de proie?

    La croyance la plus largement répandue est qu’un oiseau de proie se distingue des autres espèces d’oiseaux du fait qu’il chasse et mange de la viande. Or, il existe d’autres espèces d’oiseaux carnivores dans le monde qui ne sont pas incluses dans la famille des oiseaux de proie. Par exemple, le grand héron, tout comme le martin pêcheur, est un mangeur de poissons. Cependant ces deux espèces ne sont pas des oiseaux de proie car elles ne possèdent pas l’ensemble des caractéristiques ci-dessous:

    La meilleure façon de déterminer si un oiseau appartient à la famille des oiseaux de proie est d’observer attentivement ses pattes. Contrairement aux oiseaux qui attrapent leur nourriture à l’aide de leur bec, les oiseaux de proie utilisent leurs pattes pour saisir et tuer leurs proies. Ils possèdent donc des orteils très puissants, chacun terminé par une longue griffe recourbée que l’on appelle une serre.

     

    Ils ont également un bec crochu et très coupant qui sert à déchiqueter la viande lorsque la proie est trop grosse pour être avalée en une seule bouchée. Rien n’est laissé pour compte dans la carcasse, tout est avalé. Ce qui ne se digère pas, comme les os et le poil, finit par être recraché sous forme de boulette de régurgitation. Ces boulettes qui peuvent être retrouvées au pied des arbres sont de bons indices de présence des oiseaux de proie. Tous les oiseaux de proie en font.

     

    Toutes les espèces d’oiseaux ont une bonne vision, ce qui leur permet de voler en évitant tous les obstacles, mais les oiseaux de proie ont une vision encore supérieure, souvent binoculaire pour mieux évaluer les distances, et extrêmement fine. On estime qu’un faucon pèlerin peut apercevoir une proie de la taille d’un pigeon à plus d’un kilomètre de distance. Cependant, comme il est impossible d’évaluer la vision d’un oiseau à distance et que le bec crochu n’est pas unique aux oiseaux de proie, mieux vaut se fier aux pattes pour classer un oiseau dans la bonne famille!

     

    Diurne ou nocturne?

    La plupart des oiseaux de proie sont classés dans l’un des trois groupes suivants : les Strigiformes, les Falconiformes et les Accipitriforme.s L’ordre des Strigiformes regroupent les chouettes, les hiboux et les effraies, qui, pour la plupart, chassent pendant la nuit. Ces oiseaux sont munis d’une excellente vision de nuit, d’une ouïe très fine et d’un plumage soyeux permettant un vol silencieux. Toutes les espèces de faucons appartiennent à l’ordre des Falconiformes. L’ordre des Accipitriformes regroupe quand à lui les aigles, les buses, les éperviers, les busards et les balbuzards du Québec. Les espèces appartenant aux Falconiformes et aux Accipitriformes sont exclusivement diurnes, c’est-à-dire qu’elles chassent seulement entre le lever et le coucher du soleil, mais leurs habitudes de vie et de chasse varient d’une espèce à l’autre.

     

    Les sentinelles de l'air

    Comme tous les organismes vivant sur terre, les oiseaux de proie occupent une place dans l’environnement et ont un rôle particulier à jouer dans l’équilibre des écosystèmes. Leur importance est d’autant plus grande qu’ils sont considérés comme étant des prédateurs supérieurs, c’est-à-dire qu’ils se situent à l’extrémité de la chaîne alimentaire.

    En se nourrissant d’animaux plus petits, ils contribuent de façon importante à contrôler leur abondance. Sans eux, les espèces proies, soit les petits mammifères (principalement les rongeurs), les petits oiseaux, les reptiles, les amphibiens et les gros insectes, pourraient se retrouver en trop grand nombre dans un même environnement. Il y aurait alors plus d’animaux que ce que le milieu peut supporter. Par exemple, dans le cas d’une surpopulation de lemmings, une espèce de petits rongeurs vivant dans le nord du Québec, ceux-ci mangeraient toutes les jeunes pousses herbacées disponibles, ce qui pourrait créer une famine affectant les autres animaux herbivores. Une population trop nombreuse de rongeurs peut également contribuer à augmenter la propagation de certaines maladies aux animaux et humains habitant dans une région donnée.